fbpx

Julien Fournié Réveille Les Sorcières Et Ensorcelle La Haute-Couture

Pour ses 10 ans, la Maison Julien Fournié révèle ”Premier Sortilège”, une collection hantée, sombre, empoisonnée, empreinte de magie noire mais aussi particulièrement fine, intelligente et engagée. Vous ne vous y attendiez peut-être pas, mais la Couture a aussi des choses à dire !

Libérer Les Sorcières

Julien Fournié sait parfaitement jouer avec les limites sans jamais tomber dans l’excès. 

Avec cette collection Automne/Hiver 2019, il surprend encore par ses inspirations et on adore toujours autant !

Sombre, bestiale, démoniaque… “Premier Sortilège” rend aux sorcières la place qu’elles méritent dans la mode. 

Julien Fournié retire le meilleur des univers qui l’inspirent. Plutôt que de célébrer Halloween, il organise un grand sabbat, un rituel occulte majestueux et spectaculaire. 

Gothique romantique, insolente, glamour, chic, envoûtante… La collection fait honneur à l’esprit chic, élégant et légèrement décalé de la Maison. 

Dans le monde de Julien Fournié, Blanche Neige n’en peut plus de jouer la demoiselle en détresse. 

Après des siècles de soumission, toutes les femmes prennent, comme elle, enfin conscience de leur force et de leur pouvoir. 

Libérées de l’oppression, leur allure se métamorphose. Elles arborent fièrement plumes sombres, peaux de python, cuir d’alligator comme pour témoigner d’un esprit libre, sauvage et indocile.

De retour à l’état de nature, elles sont libres, téméraires, confiantes, et d’autant plus fascinantes. 

Des Robes Cousues De Fil Noir, De Cuir Et De Convictions

Spectaculaire sur le plan technique, belle, artistique, “Premier Sortilège” est aussi et surtout pensée pour offrir plusieurs niveaux de lecture. 

C’est aussi là que se trouve le génie de Julien Fournié.

A première vue, l’approche artistique derrière la collection n’est pas si différente de ce que la Couture a l’habitude d’offrir : une célébration de l’élégance, du raffinement, du corps féminin. A la différence près que “Premier Sortilège” flirtent des références à la pop-culture plutôt inhabituelles.

Et c’est là que se cache le twist de cette collection ! Plutôt que de célébrer les bonnes petites princesses, elle rend hommage aux sorcières, aux méchantes, aux damnées, à celles qui ont été mises au banc de la société. 

Pour celles et ceux qui veulent bien le voir, “Premier Sortilège” offre un message féministe, centré sur l’empowerment et la dénonciation des oppressions machistes. 

Julien Fournié et son armée des ombres sont bien déterminés à briser la malédiction qui pèse sur les femmes depuis bien trop de siècles. Celle qui les contraint au silence, à vivre sous le joug et dans l’ombre des hommes. 

Presque aussi activiste qu’esthétique, Premier Sortilège est aussi un hommage bien mérité et bien trop rare à toutes les femmes qui ont payé cher le prix des soupçons qui pesaient sur elles. A toutes les magiciennes et guérisseuses qui ont été et continuent parfois d’être injustement réduites au silence.

Qui qu’il en soit, les femmes reprennent le contrôle. Elles ne doivent rien à personne, ne dépendent de personne et n’obéissent à aucunes autres règles que les leurs.

C’est à elle qu’il revient de juger de ce qui est élégant ou séduisant. D’ailleurs, comme Julien Fournié l’a déjà prouvé, élégance et séduction ne sont pas nécessairement synonymes de nudité !

Modeste, Fière, Libre Et Sûre De Soi

Julien Fournié créé par amour du vêtement et des matières. A chaque saison, ses collections déroulent alors des rouleaux et des rouleaux de tissu qu’il étale autour des corps, des cous, des cheveux… 

Premier Sortilège ne fait pas exception à la règle ! Les cols montent très haut et sont boutonnés jusqu’au menton, les robes restent longues (au moins jusqu’aux chevilles), les jupes sont fluides et drapées, les manches larges et le travail est poussé jusqu’au bout des doigts avec quelques belles paires de gants qui, il faut bien le dire, font leur petit effet !

La sorcière Julien Fournié aussi aime les vêtements et chaque étoffe qu’elle drape autour d’elle fait ressortir sa fierté, son assurance et son élégance. 

Almaze l’a prouvé par le passé, les créations de Julien Fournié sont des sources d’inspiration ultra efficaces pour les femmes modestes (en partant du principe que vous, lectrices, ne soyez pas non plus en mesure de vous offrir une pièce directement auprès du créateur…)

A nouveau, nous nous sommes donc penchés sur “Premier Sortilège” pour sélectionner les pièces clés de cette saison, celles qui, mises bout à bout, forment un beau panorama de la collection et de son esprit. 

N’hésitez pas ensuite à jeter un oeil à tous les looks modestes du défilé. Croyez-nous, ça vaut le détour !

Julien Fournié maîtrise à merveille les codes d’une mode à la fois modeste, insolente, sophistiquée et audacieuse. 

On adore le petit air aristocrate de ce look porté par ce col (très) haut, ses fines broderies, ses tons froids, ce petit noeud autour du col et son style victorien. 

Un faux air de Lolita dont il vaudrait pourtant mieux se méfier. 


Un look qui résume à merveille le génie et la vision de Julien Fournié : une silhouette moulée sans provocation, une allure ultra-féminine sans niaiserie ni naïveté.

Couleurs tantôt sombres et lumineuses, coupes tantôt amples et près du corps, tout est savamment dosé et réfléchi.

On retrouve le jeu de cache-cache typique de Julien Fournié : si les bras semblent plutôt bien cachés derrière des manches amples et fluides, ils sont aussi bien visibles sous ce tissus semi-transparent. Tout est question de point de vue !

Bonus modest-fashion : le pantalon qui change une jupe relativement courte en tenue 100% modeste.

Il pourrait bien s’agir d’un hommage aux origines espagnoles de Julien Fournié.

Quoi qu’il en soit, on adore cette dentelle noire et la petite touche ibérique qu’elle apporte.

Ce look est empreint d’une ambiance très particulière, un mélange de liberté, d’assurance et de tristesse. 

S’il fallait lui écrire une histoire, ce pourrait être celle d’une veuve Catalane, peinée mais libre, déterminée à vivre sa vie. La renaissance d’une femme fatale que rien ne peut arrêter. 

Autre atout de ce look : il prouve définitivement que non, l’imprimé léopard ce n’est pas kitsch. Ça peut, au contraire, être très raffiné et élégant !

Un look clé totalement empreint de symbolisme.

Les sorcières sont des créatures mystérieuses, à la fois sophistiquées et primitives.

Couverte de python, la silhouette rehaussée d’une plume noire, elle est aussi dangereuse qu’un serpent, aussi malicieuse qu’un corbeau. 

Là encore, Julien Fournié joue à cache-cache avec le corps féminin. 

Si les mains sont bien dissimulées derrière des gants noirs, les poignets sont révélés pour toujours garder un équilibre, entre le nu et le couvert.

Certainement le look le plus fantasmagorique de la collection. 

Cette robe signe l’entrée officielle de la magie et les contes de fées sur le catwalk !

Une ambiance renaissance, un corset, du tulle noir, une robe couleur du temps (ou couleur de lune, comme le disait si bien Catherine Deneuve dans Peau d’Âne) : la robe parfaite pour une méchante fée classe, déterminée et élégante. Maléfique peut-être ? Quoi qu’il en soit, on est bien loin du cliché de la vilaine sorcière au nez crochu.

Coté modestie, on peut difficilement faire mieux qu’une fraise autour du cou ! Et ça, on n’y avait pas pensé jusque-là.

BONUS : au cas où vous n’auriez pas ressenti la vibe méchante sorcière de Disney, ce look Cruella d’Enfer devrait finir de vous convaincre !

Julien Fournié insuffle une vraie bouffée d’air frais dans le tumulte de la Fashion Week avec cette version Couture d’une icône de la culture populaire ! Léger un bon enfant, à l’image de Julien Julien et de sa Maison.

A collection hors du commun, défilé hors de commun. 

Pour “Premier Sortilège”, Julien Fournié nous a offert un show parfaitement raccord avec l’atmosphère fantasmagorique de la collection. 

Une performance pleine de fraîcheur pendant laquelle les mannequins ont sorti leur plus beau jeu d’actrice !

Quel plaisir de voir des femmes animées d’émotions, de sentiments, de mouvements, libres sur le podium.  Bien sûr, l’usage dans la mode veut que les mannequins marchent droit, le visage neutre, stoïque. Mais là encore, ce n’est qu’une tradition de plus que Julien Fournié se fait un plaisir de bousculer !

Julien Fournié est imprévisible. Mais s’il y a une chose dont on peut être sûrs, c’est qu’il trouvera toujours un moyen de sortir du lot. 

Il le dit lui-même, chez lui, “on ne fait pas de la mode, on crée des personnages”.

Premier Sortilège” en est une parfaite illustration. 

La collection est un suite de personnages, passés présents et futurs, sérieux et légers : une femme brisant les chaînes du patriarcat, le fantôme d’une sorcière injustement brûlée sur le bûcher, une méchante de dessin-animé quoi adore détester… Toutes se retrouvent ici, chez Julien Fournié et nous invitent à redéfinir notre vision de la féminité. 

Auteur: Renaud Petit